Entretien avec un dirigeant passionné de cyclisme, Jean CORNU, président du Club Sportif Bonnevillois. Pour le site Internet du Comité Départemental Olympique et Sportif de l’Eure, il nous a accordé ce moment d’échanges, ô combien agréable, sur son temps libre, si tenté qu’il lui en reste un peu tant il est un bénévole très actif. Un grand merci Jean !

Parole à un sportif et bénévole du département…………..

Jean Cornu en compagnie de François Deshayes,

Président du CDOS 27.

 

 

CDOS : En quelques lignes, pouvez-vous vous présenter ?                                                            

JC : Je suis né à Evreux, et habitait chez mes parents au 12, rue David, dans le contrebas des coteaux de Saint-Michel. J’ai pris ma toute première licence, en 1959, donc je fête cette année, ma soixantième licence auprès de la Fédération Française de Cyclisme.

CDOS : Et pourquoi avez-vous choisi le vélo comme discipline sportive ?

JC : C’est par l’intermédiaire d’une personne que je connaissais bien, qui s’intéressait beaucoup au vélo, qui suivait à l’époque toutes les courses autour d’Evreux, - elles étaient plus nombreuses à ce moment-là - que j’ai été mis en relation avec le créateur du Club Sportif Bonnevillois, crée 10 ans plus tôt.

J’ai eu une carrière très longue en tant que compétiteur, une carrière modeste, car je courrais dans les catégories 3 et 4.

CDOS : Justement votre palmarès ?

Modeste je le disais, car je n’ai gagné qu’une seule course, c’était à Saint-Aubin le Guichard en 1965.

A cette époque, courrait un autre Ébroïcien bien connu, Sylvain Frébert, le frère du non moins connu, Yvan, qui a participé à deux reprises, au tour de France. Deux tours terminés, pour lui sur les Champs Elysées  à Paris !

Sylvain et Yvan ont couru tous les deux sous les couleurs du VCE (Vélo Club ébroïcien) qu’avait relancé Francis Fillastre, le papa de Sylvain, ancien photographe pour le journal Paris Normandie.

CDOS : Puisque l’on évoque des cyclistes d’Evreux, continuons en évoquant les cyclistes normands qui vous ont vraiment marqué ?

JC : Jacques Anquetil bien évidemment, mais aussi Gérard Saint le spécialiste du contre la montre, Jean Jourden et sa victoire dans le maillot des as, Thierry Marie qui a marqué les esprits avec son raid solitaire entre Amiens et Le Havre, mais aussi Philippe Bouvatier.

CDOS : Vous connaissez l’histoire de nos cyclistes normands sur le bout des doigts…..

JC : C’est ma vraie passion !

CDOS : A tel point, que vous transmettez cette passion auprès de votre entourage sportif, et vous devenez le grand dirigeant bénévole que vous êtes devenu ! Racontez-nous un peu……

JC : Je suis rapidement devenu dirigeant au CSB, puis Président dès 1985.

Mon objectif était clairement défini, pérenniser le club. Actuellement, il y a 51 licenciés. Les jeunes cyclistes, prometteurs ou un peu moins, se tournent vers des clubs plus importants comme le Vélo Club Ébroïcien ou bien d’autres…. Nous travaillons en étroite collaboration avec le club cher à Yvan Frébert.

Depuis 1989, je suis le trésorier du Comité Départemental de Cyclisme, et vice-président.

Gérer les finances d’un Comité ou d’un club, était forcément dans mes compétences, en étant cadre de direction dans le secteur bancaire.

J’ai aussi occupé de 1993 à 2008, des responsabilités au sein du comité directeur du comité régional.

 

CDOS : Félicitations pour cette longévité dans le bénévolat ! Ce qui explique toutes vos récompenses…

JC : Oui en effet, j’ai été Médaillé de bronze en 1986, Médaillé d’argent en 1991, et enfin médaillé Or en 2001, par le Ministère de la Jeunesse et des Sports.

CDOS : En tant que président de club, quels sont vos meilleurs souvenirs ?

JC : Très certainement, le titre de champion de France Junior de Thierry Le Rall, et aussi le titre de championne de France UNSS pour Barbara Aulnette, issue d’une famille passionnée par le vélo.

Je me souviens aussi du critérium d’après tour à Evreux, des critériums en nocturne dans le centre- ville d’Evreux animé par Daniel Mangeas, qui deviendra par la suite speaker officiel du Tour de France, sans oublier la grande course d’un jour, la célèbre Paris-Evreux qui a révélé de nombreux coureurs amateurs.

CDOS : Et vos principales satisfactions ?

JC : C’est de voir des jeunes qui ont le sens de l’effort, qui font du vélo avec envie et passion !

CDOS : Il n’y a pas que des bons moments à vivre quand on est président de club, il y a aussi des épreuves à surmonter….

JC : Oui en effet, comme le décès accidentel il y a maintenant deux ans de Jean Boudart, directeur d’école à Claville et éducateur au club, durant de très nombreuses années. Un grand serviteur de notre discipline, trop rapidement disparu !

En guise d’hommage, le club organise le challenge Jean Boudart à Claville. Ce sera la 2ème édition en juillet prochain.

CDOS : Les mauvaises langues associent souvent exploits sportifs de nos grands cyclistes et dopage, qu’en pensez-vous ?

JC : J’avoue ne jamais avoir vu de situation de dopage dans le cycliste amateur, mais dans le monde pro, c’est autre chose !

Attention, il faut savoir qu’un coureur qui s’entraine tous les jours et, quelque soit le temps, n’est pas à l’abri de crises d’asthme dû à l’effort. Dans ce cas, il y a nécessité d’une prescription médicale. Certains produits, comme la ventoline, peuvent être considérés comme dopants sur un sujet non malade et autorisés chez un sportif reconnu asthmatique.

 

Jean Cornu est même venu dans les locaux du CDOS 27, avec des coupures de journaux, qui montre bien son grand intérêt pour le sujet.

 

CDOS : Comment décrirez-vous les valeurs de l’olympisme ?

JC : Très simplement en deux mots : Fair-Play et respect d’autrui !

Le cyclisme présente ce côté universel, sur un vélo, qu’on soit cadre supérieur ou ouvrier, quand il faut monter un col, il n’y pas plus de différence, on n’a plus d’étiquette, vélo et olympisme, beaucoup de similitudes dans l’esprit.

CDOS : En dehors du vélo, vous avez d’autres passions ?

 

JC : Oui, bien sûr, la philatélie, je collectionne les timbres depuis très longtemps, et je lis beaucoup.

Je voudrais souligner aussi, que je dois remercier mon épouse, qui a été formidable, en me permettant de vivre pleinement ma passion et mes engagements bénévoles.

CDOS : Si vous deviez en 3 mots vous définir, cher Jean ?

JC : Passionné, Honnête, et optimiste

CDOS : Merci beaucoup Jean, en vous souhaitant une longue route auprès des jeunes champions et adultes en quête de performances.

 

Propos recueillis par Stéphane RANGER

 


Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.